Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
anciens9genie.overblog.com

9eme regiment du genie neuf-brisach

Neuf-Brisach ville de garnison par Aloyse Brunsperger (1)

26 Mars 2019 , Rédigé par reporter68 Publié dans #Neuf-Brisach, #9ème RG, #Neuf-Brisach ville de garnison, #2019, #Aloyse Brunsperger, #le 9ème RG vu par les habitants de Neuf-Brisach, #9ème Régiment du Génie Neuf-Brisach

Dans le cadre « Neuf-Brisach et le 9ème RG » Nous ouvrons nos pages à Monsieur Aloyse Brunsperger, mémoire Vivante de l’Histoire de Neuf-Brisach, qui fut le berceau pendant 30 ans de notre régiment : le 9ème RG.

                                   

 

          
                               Neuf-Brisach, ville de garnison

                                                                                 par Aloyse BRUNSPERGER

           

             Mesdames et Messieurs les Anciens Sapeurs du 9° Régiment de Génie

 

                                                               Héritiers de Vauban

                                                               Nous sommes les Sapeurs

                                                               De nous ont dit souvent

                                                               Que nous avons du cœur.

                                                               Nos anciens amassèrent

                                                               Tout au long de l'Histoire

                                                               Tant de faits héroïques

                                                                Et de titres de gloire

                                                                Qu'ils ont fait notre renommée

                                                                Toujours nous voudrons la mériter.

 

            Vous avez servi dans ce beau Régiment à des époques différentes. En bon Français vous avez donné quelques mois (12 ou 18 ou plus) pour servir notre Pays.

            Manifestement, la camaraderie issue de ce temps sous les Drapeaux se perpétue dans cette association d'Anciens. Bravo et Félicitations à tous de vous regrouper sous ce Drapeau toujours présents aux cérémonies de la Forteresse...Ville de Garnison.

            Madame Allard, votre fidèle photographe, m'a demandé de vous adresser quelques écrits de l'histoire de ce joyau de Vauban, voulu par le Roy LOUIS XIV.

            Merci à elle de cette sollicitation.

            Je vous propose un résumé de l'existence de votre Garnison, de sa construction, à la période actuelle. Plusieurs articles seront diffusés dans votre bulletin.

 

Et maintenant : LA MAIN DESSUS ...!

 

Connais-tu ce beau village??? NON, ce n'est pas un village quelconque...c'est une FORTERESSE, c'est une ville de GARNISON!

 

                                   Mais d'où viens-tu belle forteresse?

 

            Jadis, après de beaucoup de combats, de tractations déjà conduits par les armées de LOUIS XIII, le ROY LOUIS XIV a reçu l'Alsace en 1648. Il était aussi le Maître du pays de Bade et même au-delà. Il avait demandé à Monsieur VAUBAN, le grand spécialiste en la matière de consolider la vieille forteresse de la ville de BRYSACH datant de l'époque des Romains et avait fait construire une ville à cheval sur les deux rives du Rhin. (Le bâtiment d'une PORTE d'Entrée est toujours en place à BREISACH am Rhein, aussi appelé Vieux Brisach. et est toujours très bien entretenu).

                             

            Louis XIV devait avoir une très grande visée sur cette ville nouvelle car il a installé sur la rive gauche le CONSEIL SOUVERAIN D'ALSACE.

            Seulement; les Dieux de la guerre sont versatiles et voilà que par le Traité de Ryswick en 1697, LOUIS XIV est dans l'obligation de quitter tout le territoire français de la rive droite du Rhin et... en plus, de faire disparaître toutes les constructions installées sous son règne sur la rive gauche du Rhin. Biesheim garde le souvenir de la Ville de Paille. 

                  

=2=

 

            Le résultat de ce contre temps est tout simplement que le Roy de France n'avait plus la possibilité de faire garder la frontière avec le pays de  Bade entre les villes de Saint LOUIS et Schletstatt(Sélestat) , en fait jusqu'à Strasbourg.

            Louis XIV a donc chargé Vauban, son grand spécialiste en la matière, à entreprendre des travaux en vue de l'implantation d'un dépôt de soldats entre les deux villes.

            Vauban, après bien des études a proposé au Roy de faire construire une forteresse non loin du Rhin. Elle pourrait secourir éventuellement le Fort Mortier,(il date des Romains) assez proche du Rhin où l'inverse.

                                                    

            Le Roy a donné son accord.

            La construction n'était pas simple. Dans cette plaine d'Alsace, il n'y avait pas de pierres importantes, ni d'arbres pouvant donnés le bois de construction.

            Que cela ne tienne! Vauban a prévu de faire construire un canal entre les sous-Vosges dans les environs de Rouffach (Haut-Rhin) et le chantier de construction de ???

            L'eau sera déviée du ruisseau appelé : "LAUCH". Une espèce de baignoire en bois, ouverte à l'avant et à l'arrière est prévue pour que les péniches puissent passer au-dessus de la rivière nommée"ILL". Une retenue d'eau est mise en place dans les environs du lac de la LAUCH (vallée de Guebwiller), pour être sûr d'avoir de l'eau toute l'année. A l'arrivée dans les environs de la construction l'eau de ce canal s'infiltrait dans la terre.

            Les soldats de quatre régiments ont creusé ce canal et ont, par la suite, assuré le transport des matériaux.

            Vauban, respectueux de son Roy, lui a demandé quel nom il devrait donner à cette nouvelle forteresse. Louis XIV imposera le nom de NEUF-BRISACH. Généreux, le Roy fait cadeau d'une médaille en or à cette nouvelle place d'armes.

                                                                               

            Celle-ci sera placée sous le rempart de la douve à droite en sortant de la Porte de Colmar. Où ? Inutile d'entreprendre des recherches, les douves ont subies bien des changements, il sera plus facile de trouver une aiguille dans une botte de foin.

            Le Roy a aussi interdit toute autre religion que la religion catholique. Le premier maire de la ville était marié à une dame calviniste. Il a été mis en demeure ou bien de faire baptiser son épouse, ou bien de quitter la ville. Il a quitté. Cette interdiction a duré jusqu'au concordat de Napoléon Premier.

            Pour la construction, l'entrepreneur de la construction a fait venir des HOLLANDAIS. Pour les loger, un petit village a été installé sur les terres de la commune de Volgelsheim. (En souvenir, cette commune a donné le nom de PETITE HOLLANDE à ce territoire. L'appellation est encore maintenue à ce jour).

                                                                     

             Les travaux ont commencé en 1698 et ont avancé rapidement, malgré l'intervention du Général, commandant en chef en Alsace. Celui-ci a affirmé que le bout du canal Vauban  qui passait au-dessus de l'Ill était plus favorable à un ennemi qu'à cette construction.

            L'arrêt de ce passage de l'eau a un peu retardé la construction car il fallait trouver des chevaux, des voitures, des hommes pour amener pierres et bois par la route. Ce transport a nettement élevée la facture. Tant pis!

            Le constructeur criait aussi au secours:"IL ME FAUT DE L'EAU"? A cette époque, il n'existait pas de pompe.

            Un arrangement avec la République de MULHAUSEN (Mulhouse, indépendante regardant vers la Suisse jusqu'en 1789)) a permit de creuser un canal depuis les environs de la ville jusqu'au bout restant du canal Vauban sur la rive droite de l'Ill. Une retenue d'eau a été aménagée dans les environs de OBERHERGHEIM. Ce canal a reçu le joli nom de QUATELBACH (rivière pour patauger).

                                                                                                                      .../...

=3=

 

            Vauban avait pensé à bien des choses toujours bien importantes. Il a prévu, entre autre, un terrain aussi gardé par des remparts qui devait être le lieu d'un moulin à grains, d'une ferme, le tout arrosé par un ruisseau prenant l'eau dans le Rhin.

                 

                                                       

       

     Les travaux de la construction ont été menés rapidement. (La main dessus???) Monsieur Vauban a pu rendre compte à son Roy que la Forteresse de Neuf-Brisach était capable de supporter un siège de SIX semaines dès 1703.

            Il s'agit bien sûr des remparts, douves, portes, casernes et autres bâtiments militaires, mais tout n'étaient de loin pas comme vous, soldats du 9° , avez pu le voir.

            Ne croyez surtout pas avoir vu tout ce que Vauban avait pensé pour donner rapidement cette possibilité de placer une garde importante entre les deux villes (Sélestat et St Louis).

            Vauban a prévu quatre entrées, chacune fermées par une porte en bois (encore visible Porte de Colmar)

            Dehors, se trouvait un PONT-LEVIS qui était relevé les nuits. Des ponts en bois permettaient le passage sur les douves.  Vous avez vu des aqueducs en pierres...Ils ont seulement remplacés les ponts en bois dans les années 1770. (les deux des entrées portes de Strasbourg et Porte de Bâle et celui de la deuxième douve de la Porte de Colmar ont été détruits par la folie de destruction de l'armée allemande en 1945).
           
Celui de la  première douve en sortant de la Porte de Colmar a été SAUVE et est donc le seul restant de l'époque Louis XV. Le premier de la Porte de Strasbourg a été refait à l'identique par les Travaux Publics. Pendant les travaux, votre régiment a mis en place un pont  BELLAY pour permettre aux ouvriers de travailler et aux visiteurs de la ville d'y entrer sans difficultés. (Merci au 9° Génie, à ses chefs, à ses soldats)

                                                                        

            Seules deux entrées (les Portes de Colmar et Belfort existent encore. Celles de Strasbourg et Bâle ont été transformées vers 1909 pour permettre le passage de voitures plus importantes que celles tirées par les chevaux.(arrivée des camions à moteur).

            Louis XIV devait avoir une aide particulière auprès du Bon Dieu. Ses forces militaires ont a repris la forteresse de Brysach en 1703. Vauban, le constructeur des lieux, a dirigé le siège et a très rapidement repris  cette ancienne possession.

            Du fait de la réoccupation de Brysach par la France, il n'a plus été nécessaire de construire cette rallonge de remparts prévue pour le moulin, la ferme et le canal.(photo)

            Monsieur Vauban, de son nom, Sébastien de Prestre de Vauban est mort en 1707. Son Roy l'a suivi en 1715. Qu'ils reposent en Paix.

 

Fantassins, cavaliers

Nos frères de combat

Foncez dans la mêlée

Sans crainte et sans peur

Si le combat fait rage

Surtout ne craignez pas

Les obstacles et les mines

Nous serons toujours là

Pour ouvrir la route

Nous les Sapeurs.

 

                                                                                                                      A suivre...

 

 

 

 

                           Grand Merci à Monsieur Brunsperger, à bientôt pour le suite

Lire la suite