Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
anciens9genie.overblog.com

gilles kerlorc'h

Histoire vraie : L’anneau de Noël

21 Juillet 2014 , Rédigé par reporter68 Publié dans #Histoire, #beachcomber, #La Baule, #Noël, #Gilles Kerlorc'h, #histoire vraie, #anneau, #Monnaies et Détections

Histoire vraie : L’anneau de Noël

Cette histoire parue dans le N° 70 de juin-juillet 2013 dans Monnaies et Détections dans la rubrique « VÉCU » est une belle histoire qui mérite d’être diffusée.

Grand MERCI à Alain et ses amis de bien vouloir partager cette très belle histoire

La Baule, 16 août 2012,6 heures du matin...

Une silhouette coiffée d'un béret rouge, arpente l'estran, un détecteur en bout de bras et balaye consciencieusement le sable, ce sable aux grains si fins et si blancs qui fait la fierté des baulois.

Un signal profond titille les oreilles d'Alain dit «Labo », une nouvelle cible l'attend sous quelques centimètres.

Il saisit sa pelle et entame la couche ferme de l'estran, le faisceau de sa lampe révèle une forme qui vient de sortir du trou, une forme biscornue, tordue, pliée, aux reflets jaunâtres.

Il s'en saisit, s'accorde une poignée de secondes pour la regarder et l'enfourne tout aussitôt dans sa poche à déchets, encore un anneau de laiton ou une manille d'inox...

Histoire vraie : L’anneau de Noël

Alain occupe sa retraite entre bricolage et beachcombing, son terrain de jeu est vaste, près de huit kilomètres de plage entre Pornichet et Le Pouliguen.

Et comme tout baulois qui se respecte, sa plage est l'une des plus belles d'Europe !

Le jour commence à montrer le bout de son nez, pour Alain, il est temps de quitter l'estran, confiant, pour un temps, la plage aux touristes qui ne vont pas tarder à déferler.

Chez lui, Alain fait l'inventaire de ses découvertes, les déchets qu'il ramasse sont tous triés, recyclés ou jetés.

L'anneau de laiton prend la direction de la boite qui fera le bonheur de l'un de ses amis, ce dernier réalise de magnifiques maquettes de bateaux en bois.

Un anneau trouvera toujours sa place sur un navire aussi petit soit-il : organeau d'ancre, erse ou anneau de cordage en fibres métalliques, chapeau de cheminée de bateau à vapeur...

Encore faudrait-il lui redonner une forme convenable à coups de marteau, il hésite...

L'ami est là, quelques jours plus tard et furette dans les débris rejetés par les vagues, en quête de la forme parfaite qui deviendra l'un des apparaux de ses modèles réduits.

Histoire vraie : L’anneau de Noël
Histoire vraie : L’anneau de Noël

Il se saisit de l'anneau, le tourne entre ses doigts, l'observe longuement, et pousse une exclamation:

« Alain ! Viens voir ici ! Tu n’aurais pas oublié tes lunettes quand tu as mis cet anneau au rebut ».

Alain se penche sur l'objet et le maquettiste naval lui montre deux poinçons gravés dans la courbe intérieure : un O suivi du chiffre 750 et deux lettres, DM, insérées dans une sorte de cartouche en forme de tonneau.

« C'est de l'or 18 carats, ta manille, tu te rends compte ? ».

Notre beachcomber n'en croit pas ses yeux, trompé par cette forme unie originale de bague, cette dernière aurait pu disparaître à jamais au fond d'une poubelle.

L'effet de surprise passé, mais toujours sous le coup de l'émotion, Alain raconte son histoire à ses amis, partageant la même passion de la plage et de ses incroyables découvertes.

Il la montre à tous, s'extasiant invariablement devant cette étrange bague tordue en forme de vague qui a failli orner une maquette de navire.

Puis le temps reprend son cours... les marées succèdent aux marées, les plages se dépeuplent et le ciel perd son astre estival.

Yannick et Cathy sont de ses amis qui aiment parcourir l'estran de La Baule avec un détecteur de métaux.

Histoire vraie : L’anneau de Noël

L'été est déjà loin et ce jour-là, le couple prospecte ensemble, à quelques mètres l'un de l'autre quand un homme se dirige droit sur eux.

Ce dernier, intimidé entame la conversation, se renseigne sur ce loisir qui peut paraître bien étrange pour les non-initiés, les découvertes que l'on peut faire sur une plage, pour enfin leur demander, si par le plus grand des hasards, ils n'auraient pas trouvé un anneau identique à celui qu'il porte à l'annulaire : bague perdue par son épouse, le 14 juillet dernier, sur cette même plage, alors qu'elle jouait au ballon dans les rouleaux de l'Atlantique. Un anneau étrange, un peu tordu en forme de vague...

Cet anneau original. Yannick l'a déjà vu, il y a peu de temps chez... Alain !

Rendez-vous est pris chez notre retraité et quelques jours après Noël, la bague est restituée à sa véritable propriétaire Marie très émue car elle n'y croyait plus. Le couple leur raconte alors l'histoire de ces magnifiques anneaux jumeaux, imaginés et conçus par un maître joaillier de Lièges en Belgique, pays d'origine du couple.

Les lettres DM poinçonnées correspondent au nom du joaillier, David Mann. Le tonneau qui renferme les initiales détermine le pays, la Belgique. Sébastien et Marie aiment a venir régulièrement à La Baule depuis des années, même s'ils résident à plus de 1200 kilomètres.

Et cette belle histoire de Noël se termine sur le lieu même où elle a inopportunément débuté, la boucle est bouclée ou plutôt, l'anneau est fermé...

Histoire vraie : L’anneau de Noël

Mais permettez-moi de revenir sur cette formidable histoire et la notion de hasard heureux, un concours de circonstance inouï, qui a habité cet anneau durant six mois.

Et si Alain n'était pas venu prospecter ce fameux 16 août...

Et si l'anneau était parti directement à la poubelle...

Et si l'ami maquettiste n'avait pas reconnu une bague en or...

Et si Alain n'avait pas eu cette ouverture d'esprit à vouloir partager le bonheur de cette découverte avec ses amis...

Et si Yannick et Cathy n'avaient pas rencontré Sébastien...

Quel est l'infime pourcentage de chance pour que cet anneau soit retrouvé et restitué...

Et si...

L'anneau était destiné à retrouver son annulaire légitime, certitude absolue !

Mer prend, souvent, mais il lui arrive de rendre, selon son humeur qui devait être bien radieuse à La Baule.

Gilles Kerlorc’h

Message de Gilles Kerlorc’h qui a mis en page ce récit

Merci à Alain pour avoir partagé son histoire avec moi et ses belles photos de La Baule, à Pierre-Yves d'avoir initié l’idée du récit, Sébastien et Marie pour les photos de leurs bagues.

Que vos anneaux à nouveau réunis restent encore longtemps à vos doigts,

on ne croise pas un « Labo » tous les jours!

Lire la suite